SUD-Rail exige l’ouverture d’urgence des négociations annuelles sur les salaires 2022 !

Mar 15, 2022 | Tracts et communiqués divers de la fédération Sud-RAIL

03.2022.SUD_.Rail_.Tract_.Ouverture.NAO_.UTP_.SNCF_.VF_

Après des mois de décembre et de janvier marqués par des luttes
multiples, notamment la interprofessionnelle du 27 janvier,
le mois de février a vu encore d’autres mobilisations naître autour
des revendications d’augmentation des salaires dont récemment
celles de la RATP ou de la SNCF. Plusieurs journées d’appel à la
mobilisation sur la question des salaires sont d’ores et déjà
prévues et le 17 Mars, les salarié-e-s seront parties prenantes
dans les manifestations interprofessionnelles sur la question des
salaires et du pouvoir d’achat.

Durant la pandémie, les grandes entreprises et le CAC40 ont engrangé des bénéfices faramineux : 237 milliards de
plus pour les 5 personnes les plus fortunées de France pendant la pandémie et 70 Milliards de dividendes versés en
2021… ! Les grandes entreprises de transport public n’ont pas été en reste puisque le groupe SNCF vient d’annoncer
un bénéfice de près d’1 Milliard d’euros €, la RATP un bénéfice net de 207 millions d’euros et investit
massivement pour poursuivre sa croissance à l’international et dans le ferroviaire. Les salarié-e-s quant à eux n’ont
pas touché le fruit de leur travail et de leurs efforts. Les petites augmentations et les « mesurettes » obtenues ici ou
là ne permettent pas répondre de manière pérenne à une forte inflation et ne correspondent nullement à de véritables
augmentations salariales, tout au plus à des mesures de rattrapage. Pendant ce temps l’inflation s’emballe et les prix
à la consommation s’envolent !

Le pays traverse une forte inflation, notamment une forte hausse
du coût des énergies (électricité, gaz, et en particulier de
l’essence). Cette inflation intervenant après bientôt deux ans de
vie sous Covid-19 avec des conséquences sociales importantes
qui n’ont pas encore finies d’être mesurées !
Force est de constater que c’est bien l’évolution des revenus des
salarié-e-s par rapport à l’inflation qui est déterminante. C’est un
levier essentiel pour maintenir le pouvoir d’achat et agir aussi sur
la répartition entre les revenus du capital et du travail. Car c’est
bien aussi un constat de la pandémie, les patrons cherchent
toujours à augmenter leurs profits et la productivité en faisant
porter les efforts sur le travail à travers les plans d’économies et
de performance. Les salarié-e-s ont donc bien compris que l’enjeu
majeur est bien de combattre la stagnation des salaires plutôt que
d’agir sporadiquement sur l’évolution des prix.

FÉDÉRATION DES SYNDICATS DE TRAVAILLEURS DU RAIL
SOLIDAIRES, UNITAIRES, DÉMOCRATIQUES

Le carburant dépasse les 2€, l’énergie
augmente de plus de 40%, la banque
centrale européenne annonce, après
2021, une année 2022 avec une inflation
supérieure à 5% et l’Insee prévoit, elle,
une inflation mensuelle supérieure à 3 %
jusqu’en juin 2022. Les matières
premières flambent, les produits de 1ère
nécessité augmentent les uns après les
autres … Mais côté patronal, après des
NAO 2021 loin d’être à la hauteur, on
fait la sourde oreille ! Ça suffit !

La fédération SUD-Rail interpelle la branche ferroviaire et le groupe
public SNCF pour engager dès à présent les négociations salariales
2022, au niveau de la branche ferroviaire et aussi au niveau de la

SNCF et de chaque entreprise ferroviaire !