Poussières dans le tunnel du RER E

Les travailleurs du rail en danger sur les quais des gares souterraines et à bord des trains du RER E.

Afin d’adapter les quais aux RER E Nouvelle Génération prévus à circuler en 2021 et préparer la prolongation du tunnel au-delà d’Haussmann St Lazare des travaux ont été réalisé en juillet et août.

Le chantier ferroviaire qui a été mené depuis le 15 juillet 2019 en gare de Magenta et d’Haussmann St Lazare a créé de nombreuses poussières dont la nature reste à établir et qui n’ont pas été totalement évacuées à ce jour. Les poussières et autres polluants sont principalement localisées en gare de Magenta mais les trains ont poussé les nuages pollués jusqu’à Haussmann St Lazare.

L’Agence d’Essai Ferroviaire a mesuré un taux de particule fine allant jusqu’à 980 µg/m³ le 28 août et 290 µg/m³ le 29 août 2019. http://www.iseo.fr/sncf/generic.html]

Actuellement, la SNCF, malgré nos alertes, malgré des référentiels internes précis, n’a pas pris les mesures permettant d’assurer aux travailleuses et travailleurs du rail (agents des gares ; conducteurs, pompiers, agents de sécurité, agents du nettoyage ou intérimaires, agents de l’équipement) la nécessaire sûreté au travail. Ils contribuent actuellement dans les deux gares souterraines à des missions non impératives, sans les Equipements de Protection Individuelle adaptés.

SUD-Rail demande l’application du principe premier de précaution à savoir la suppression du risque constitué par les poussières polluantes par des agents spécialisés et dans le cadre d’un chantier adapté et dédié.

Les études de l’OMS démontrent la nocivité des particules fines responsables d’une augmentation de la mortalité. En moyenne journalière, le taux de particules fines à ne pas dépasser est de 50 µg/m³. Tant que ce taux n’est pas respecté, les gares ne peuvent ouvrir aux usagères et usagers.

SUD-Rail déplore les conditions dans lesquelles ce chantier se termine. Il n’est que le résultat de la politique menées par G. Pepy et portée par les gouvernements successifs. Ainsi est démontrée la pertinence de la lutte menée par les cheminot.es contre le Pacte Ferroviaire en 2018.

Cette Loi reste à abroger afin de construire enfin un service ferroviaire, public, social et respectueux de l’environnement.