L’actu de PSE : Train des primeurs, grève des RCO au TSEE, RER NG…

Nov 2, 2021 | Luttes Sociales

LS-octobre-2021-1

Si on peut trouver des motifs de satisfaction à la reprise de circulation du train des primeurs, en
grande pompe car en présence du premier ministre Jean Castex, il ne faut pas non plus se voiler la
face.
Qu’est-ce qui a convaincu « le client », qui jugeait trop chère la prestation, de reprendre le rail plutôt
que la route ? … Les subventions. Comment être complètement satisfait qu’un train historique qui a
été supprimé, revienne avec moins de wagons (donc plus de camions sur la route) et soit réalisé par
une filiale.
Comment ne pas aussi voir la manœuvre du groupe SNCF qui a mis partout en gros le logo
et qui a finalisé la vente d’Ermewa à la Caisse de dépôt et placement du Québec (coactionnaire
de la filiale de transports publics et de la société transmanche Eurostar) et à la société
allemande de gestion d’actifs DWS, pour un peu plus de 3 milliards d’euros . Cette opération poursuit
la désintégration totale de tout ce qui a fait la SNCF, sous couvert de maintenir la trajectoire
financière.
Mais ce n’est pas grave : le président/candidat Macron, tout en esbroufe quand il s’agit d’écologie, va
se servir de ce train symbolique pour son greenwashing !
Nous ne pouvons pas nous satisfaire d’une fausse solution au service d’une propagande politique.
Nous ne pouvons pas nous satisfaire du sauvetage apparent d’un unique train, quand la majorité des
marchandises transite par camion, d’autant plus depuis l’ouverture à la concurrence du fret
ferroviaire.
Donc oui que le Perpignan Rungis recircule est une bonne nouvelle, mais elle sert de prétexte à la
SNCF et au gouvernement qui ont sacrifié le Fret ferroviaire au profit de la route. Il est temps d’avoir
une vraie politique de report modal vers le fer. Au moment de la COP 26, il faut se rendre à
l’évidence, sans mise en place d’un service public du Fret ferroviaire, parler d’écologie
dans le transport est une ineptie.

Après la pose d’une SUD-Rail, de 6 mois de discussion, quelques avancées… Mais après 4 jours
d’arrêt total de mise sous tension des caténaires et des circulations, en pleine période de congés
scolaires (à partir du jeudi 22 heures) sur le site de VSG, la direction recule.
Grâce à la , La Direction reconnaît enfin la charge de travail et les responsabilités
des RCO de VSG et est contrainte d’accepter:

  • le passage à l’organigramme dès 2022 du poste de RCO VSG à la qualification E, qui pour SUD-Rail
    devait y être depuis longtemps.
  • un passage à l’examen qualif E pour 2 RCO dès 2022 et en 2023 pour les 3 autres.
  • la Direction s’engage à mettre « tout l’appui nécessaire si un agent était en difficulté » et à «
    donner tous les moyens aux agents pour réussir l’examen qualif E ».
  • une prime mensuelle de faisant fonction GEOPS de 50 euros par position manquante par rapport à
    la position de la qualif E à laquelle ils accèderont. Perte de cette prime à l’obtention de la QE.