Visite du foyer de Corbeil

Avr 25, 2022 | ET Paris PSE

rpx-26-avr-22

Comme convenu nous avons rencontré les responsables d’ORFEA (directrice
du secteur et adjoint responsable du foyer) ce jour, à Corbeil, en présence de
la direction. L’échange a été exhaustif et constructif. En détail:
• Les petits-déjeuners: après une longue période durant laquelle on
proposait du pain dur, immangeable aux ADC en RHR à Corbeil, les
choses semblent s’être améliorées avec une manière différente de le
préparer et de le stocker. Le pain qui nous a été présenté ce matin était
correct. Sur la variété des produits, ORFEA nous a indiqué qu’il y avait un
roulement avec en alternance compote, salade de fruits et…fruits frais.
Trop peu souvent à notre gout mais la directrice d’ORFEA a très
clairement avancé un problème de cout avec un budget de 1,90 euros
par petit-déjeuner (nous y reviendrons en conclusion).
• Elle se dit dans l’incapacité de financer une offre buffet plus tardive que
10h en raison de la faible fréquentation du foyer (4 RHR en moyenne par
jour)…
• Sur la mise à disposition des chambres les plus calmes côté cimetière,
ORFEA nous indique qu’elle est contrainte de procéder à un roulement
réglementaire pour des questions sanitaires, légionelles etc… (pratiqué
visiblement dans la plupart des foyers).
• 4 matelas et sommiers vont être prochainement changés.
• Comme annoncé précédemment une expérimentation va être menée
avec l’installation dans 5 chambres d’un petit réfrigérateur. Nous verrons
si leur fonctionnement ne cause pas de nuisance sonore.
• Pour répondre à certaines interrogations, la prestation prévoit bien un
fond sonore dans le foyer. Nous lui avons rappelé que ça ne devait pas se
traduire par une TV allumée en permanence.
• Des gobelets en carton vont être reproposés.
• ORFEA nous a indiqué qu’elle devait déplorer des « vols » de nourriture.
Nous sommes dubitatifs et avons fait remarquer que l’accès avec le code
de la cuisine était peu sécuritaire. La direction va étudier la possibilité
d’équiper la porte extérieure de la cuisine d’un accès carmillon.
• La porte de douche HS dans la chambre 1 va être changée.
• Enfin, le responsable du foyer sera présent 2 jours par semaine. ORFEA a
reconnu que, depuis la période COVID, l’équipe avait été peu encadrée.
• Autres foyers: les robinets thermostatiques HS de certaines chambres à
MTU vont être changés (cela nécessitait l’arrêt de la chaudière, effectif
depuis peu). Les relogements en hôtel lorsque le foyer du Charolais est
plein ne se feront dorénavant que pour les PS après 7H pour permettre
aux agents d’avoir un petit-déjeuner (cela faisait partie de vos
remontées).
Pour finir, la directrice d’ORFEA nous a clairement fait comprendre que ses
marges budgétaires étaient limitées également du fait de la pression exercée
par la Direction de la Traction pour faire baisser le cout des RHR. C’est un
point important parce que les responsabilités sont partagées. L’entreprise
doit arrêter de jouer ce jeu de dupe qui consiste à se retrancher derrière un
prestataire qu’elle contraint par ailleurs.
Nous continuons à suivre ces sujets et à prendre en compte vos remontées.
En l’absence de réunion RPX, nous avons malgré tout souhaité vous informer
sur un certain nombre de sujets d’actualité.

Prime Carburant
La direction a cadré
l’attribution de cette
prime de 100 euros bruts
versée a priori en JUIN à
tous les ADC, GM et
Agents produit Train de la
DEDP disposant d’un
véhicule.
L’attestation sur l’honneur
à remettre à votre DPX
avant le 31 mai est
disponible en flashant ce
QR CODE.

Modification du Manuel de Conduite Z2N

Après l’épisode récent de la « fausse modification des MTI » sur le matériel Z2N, nous avons du constater une
nouvelle fois que la gestion par la Direction de la Traction et la chaine Sécurité d’un retour d’incident était
perfectible.
En effet, le 7 janvier une rupture caténaire a eu lieu à Laroche Migennes en raison d’un flash provoqué au
niveau d’un pantographe de Z2N. Le matériel a lancé une investigation pour essayer d’identifier une cause
matériel. Or, un défaut sur une boite à clapets sur le circuit de montée et descente du pantographe a été
identifié. Il a entrainé une insuffisance de pression au niveau du contact pantographe/caténaire et donc la
formation d’un arc qui a causé la rupture. Pour l’ingénierie, il s’agirait d’un défaut isolé de ce dispositif et
non pas d’un problème d’usure (le « potentiel vie » de la pièce est d’environ 15 ans). Aucun contrôle du parc
n’a été déclenché.
La Direction de la Traction a donc rédigé un courrier le 11 avril à destination des DET des établissements
traction concernés pour qu’une consigne soit immédiatement transmise aux ADC, en attendant la
modification définitive du manuel de conduite, afin de décaler la mise en service du chauffage et de
l’éclairage voyageurs de la phase B à la fin de la phase C de la PC et de la RS (quand la pression CP est
parvenue à la pression de régime). Or, 10 jours après ce courrier, aucune note de service n’avait encore été
rédigée par l’établissement pour prendre en compte la modification qui pour nous n’est pas anodine si elle
permet de diminuer le risque de rupture caténaire qui peut avoir des conséquences dramatiques pour les
agents ou les usagers.
La délégation SUD-Rail a donc du déposer une sur ce sujet. Le pole QS de l’établissement nous a
indiqué que la note à destination des ADC était en cours de rédaction et serait publiée et intégrée au recueil
de notes contre émargement cette semaine. Nous nous interrogeons sur les délais qui s’imposent au sein de
la « chaine sécu » dans la transmission des informations et sur le fait que TMS ne soit pas en capacité
d’établir une note à destination des agents concernés comme par le passé. Aujourd’hui, on envoie un
courrier et il est appliqué au petit bonheur la chance. Cela nous semble très inquiétant et nous mesurons les
dégâts causés par la désintégration de l’entreprise.
Pour finir, nous avons rappelé à la direction que les agents du matériel au sein des Technicentres étaient
également concernés…

Congés supplémentaires

La délégation SUD-Rail a posé une audience par rapport aux congés supplémentaires devant être accordés
aux agents lors d’événements familiaux.
Le premier sujet étant le mariage d’un agent avec un trajet aller-retour de plus de 600km, un supplément
de deux CA est prévu par le RH. Or dans le cas que nous avons eu à traiter, une personne dans un bureau a
décrété que cela lui serait refusé sous prétexte que le pays en question n’était pas son pays de naissance…
Les textes du RH143 sont très clairs et aucune condition de destination ne fait barrage à ce supplément de
deux jours.
Le second cas conflictuel était lié à des congés accordés pour des soins. Un chef a eu la brillante idée de
proposer à son agent de piocher dans ses congés annuels car il lui en restait afin de s’occuper de sa famille…
Des congés supplémentaires sont accordés pour ces cas précis, le manque de tact et d’humanité n’est pas
nouveau chez certains responsables. La notion de « congés » n’est clairement pas adaptée dans ces cas
particuliers.
Ces 2 cas ont été régularisés. Certains intervenants essaient de se montrer, d’inventer des textes ou des règles
là où il n’y en a pas. Nous avons rappelé à la direction qu’il serait bon de faire un rappel à tout le monde
(DPX, Commande, etc…), dans la gestion de certains cas singulièrement, il faut être un minimum intelligent
et humain.
Nous verrons dans la durée si les choses s’améliorent…

Messages du COT dans SIRIUS
La semaine dernière vous avez lu comme nous un message dans SIRIUS indiquant:
« Info de situation perturbée aux abords de Montgeron-Crosne: A Montgeron voie 2bis ne pas s’arrêter
pancarte US (lol) pas de retour vidéo. Tirez au bout du quai. Perte de temps indéterminée ».
Nous avons immédiatement demandé à la direction si ce type de consigne était réglementaire et qui était
l’auteur de ce message. Le pole QS nous a indiqué que le message avait été rédigé au niveau du COT (vu la
qualité de la rédaction il ne pouvait s’agir d’un message du domaine traction) et n’était pas du tout
conforme au règlement.
Une nouvelle fois nous constatons que le grand n’importe quoi s’impose aux ADC dans la gestion d’une
anomalie (absence de caméra au repère L130 à Montgeron voie 2Bis) qui est prévue dans le règlement avec
une procédure dédiée. Au niveau du COT, on improvise des consignes improbables pour essayer de gérer la
situation. Y a-t-il encore un pilote dans cette entreprise?
Le pole QS a recadré les choses au niveau du COT, mais nous l’avons une nouvelle fois prévenu (nous l’avions
déjà fait il y a peu vis-à-vis d’une consigne générale de suppression d’arrêt via message)… les envois de
messages improbables dans SIRIUS doivent cesser.
Autre point, nous constatons de plus en plus de « coups de pression » aux ADC qui auraient refusé telle ou
telle demande du COT de la part des DLOT en passant par l’astreinte dirigeante dont ce n’est pas le rôle. Il y
a des règles et des usages vis-à-vis de l’exécution du service. Le COT ne doit pas s’aventurer au-delà si l’ADC
ne souhaite pas ou ne peut pas « rendre service ».

ORION

La direction a réuni une seconde fois la commission
roulement, vendredi 22 avril, pour faire un point sur le
déploiement d’Orion.
Face aux difficultés dont nous vous avons déjà parlé, la
direction a du prendre la décision de reporter la bascule
prévue début mai au 13 juin. A partir de cette date le SA
sera redéroulé avec des JS mises en conformité avec l’outil
ORION. En résumé, le contenu des JS ne change pas en
terme de taches, seuls les EV et PS/FS sont potentiellement
modifiés. Les grilles ne sont pas impactées. Le nouveau
déroulé devrait apparaitre mi-mai dans les
programmations. Nous avons alerté la direction vis-à-vis
des combines déjà actées dans Pacific. Elle a rédigé une
communication invitant les ADC à gérer cela avec les GM
en temps voulu. Nous aurions trouvé beaucoup plus simple
de programmer l’opération au changement de service du
Plein Eté, mais le calendrier semble impératif pour la
direction…
Elle a du également nous apporter des éléments sur
l’impact financier de cette mise en place pour les ADC. Elle
a réalisé une étude et chiffré la perte d’EVS à 55 cts par JS.
Après un savant calcul, elle a proposé une prime de 51
euros par ADC TB pour compenser la perte sur la période
jusqu’au changement de service de décembre. Cette
proposition ne nous satisfait pas. A suivre…
Pour terminer, nous avons du régler quelques détails
comme la suppression des mentions EJ sur les roulements,
qui pouvait poser un soucis lors de l’application du GD en
cas de disfonctionnement de l’EFAS, ou certains temps
alloués.

Pourcentage
de CA accordés JANVIER FÉVRIER MARS
PARIS 85% 93% 93%
COE 80% 91% 91%
MELUN 84% 91% 92%
MS 76% 93% 87%
CREIL 85% 85% 98%
Taux de CA accordés
Du mieux en Février et Mars sur le
taux d’accord des CA mais nous
continuons à déplorer un traitement
toujours trop tardif des demandes. Il
est anormal que des demandes qui
datent de plusieurs mois soient traitées
1 ou 2 semaines avant l’échéance.
Nous l’avons une nouvelle fois rappelé
à la direction.

Pour rappel SUD-Rail appelle les
cheminots à la le 2 Mai sur
ce sujet important!
A vos D2I!

COT

Alertée par des situations de souffrance au travail au COT, la délégation SUD-Rail a posé une et a été
reçue le 22 avril par le responsable du COT.
Le constat est assez rude. Depuis le début de l’année les incidents essentiellement sur la ligne D se
multiplient.
Durant la période COVID la fréquentation des trains a été en baisse (confinement, télétravail, plan de
transport adapté) et les incidents en ligne étaient mieux absorbés. Aujourd’hui, nous devons faire face à une
fréquentation en forte hausse car de nombreux usagers doivent renoncer à la voiture en raison du prix des
carburants. Cela se répercute directement sur le taux d’incidents en ligne.
Tous les acteurs (GM du COT/ ADC) saturent et cela se ressent dans les relations entre GM et ADC. SUD-Rail
a demandé à la direction de prendre ses responsabilités et de mettre la main à la poche pour créer un
3eme poste de GM pour soulager le titulaire en situation perturbée. NEW COT a permis d’améliorer les
choses en séparant ligne D et R mais à effectif constant on ne fait pas de miracle. L’emménagement dans de
nouveaux locaux en juillet est une perspective avancée par la direction, mais lorsqu’elle nous explique que
tout va bien, que l’enquête RPS est positive et qu’elle va mettre en place un groupe de travail COT/ADC
nous pensons qu’elle est dans le déni.
Les agents subissent une véritable souffrance au travail, la direction ne peut pas le nier… une seule personne
pour gérer la ligne D avec ses problèmes quotidiens est une utopie. Certains irritants sont de plus venus
s’ajouter, du fait des choix de la direction qui souhaite faire des économies, comme la gestion Allocab, les
problèmes de foyer ainsi que les missions qui étaient auparavant gérées par Réseau. Pour les agents du
COT, la pression subie au travail est difficile à évacuer en rentrant à la maison. La direction doit apporter
des réponses à ces problématiques.