Transfert des UP informatiques vers e-SNCF : vite fait bien fait ?

20 Mai 2022

Appuyez sur “voir en plein écran” pour lire le tract. Ensuite vous pouvez le télécharger (bouton dans la barre du bas). Pour sortir du tract appuyez sur le bouton en bas à droite .

20-05-2022-PROJET-TRACT-SUD-UP-INFORMATIQUES

CSP DU 4 MAI 2022

Au cours de cette CSP (Concertation Spécifique de Projet/Table ronde), la direction a répondu un peu plus précisément aux questions concernant le transfert des agents des Unités de Production Informatiques (UPI) des ASTI/ à e-SNCF Solution (Direction des Services Numériques aux Utilisateurs).

La mise en place du projet se ferait au 1er janvier 2023 mais la direction n’a pas encore défini le calendrier CSE de cette mise en place (information + consultation). Donc, encore une fois, c’est une mise en place dans la précipitation et sans que soit pris en compte les particularités locales du fonctionnement des ASTI/ESTI.

LES NOUVELLES ORGANISATIONS DE TRAVAIL (CE QUE DIT LA DIRECTION)…:

Côté E-SNCF : Les équipes TAMs régionales (maintien du découpage ASTI/ESTTI existant), seraient rattachées à 5 plaques régionales et 2 plaques Ile de France (avec un DU et 1 assistant en relation avec les DPx régionaux). Pour les équipes TAMs il y aurait toujours un DPx et un assistant, mais l’assistant tiendrait aussi le poste de

TDC (voir encadré sur cette page). A terme, la direction a affiché un objectif

Dans la nouvelle organisation des équipes TAM, l’ assistant(e) DPx tiendrait aussi le poste de TDC (TDC++). La direction sous-évalue (pour faire du chiffre ou par méconnaissance des métiers ?) fortement la charge de travail des équipes TDC (gestion des tickets, résolution des écarts et incidents de traitement des tickets, reporting…).

La tenue du poste de TDC++ risque donc d’être très problématique (conditions de travail- -), puisqu’il n’est pas prévu dans le projet que l’ assistant(e) DPx ai un(e) ou plusieur(e)s TDC adjoint(e) (suivant les régions et le périmètre de support) pour les épauler. De plus, sans création de postes de TDC adjoint(e), que deviennent les agents TDC qualif E qui n’auraient pas le potentiel pour prendre le poste adjoint DPx TDC++ ?

Par ailleurs, avec cette réorganisation (qui ne dit pas son nom), que devient l’équipe TDC Ile de France ? Avec la suppression des équipes TDC, ce sont pourtant des postes qui disparaissent. Et que deviennent les agents qui ne voudraient pas réintégrer les secteurs TAM ?

Pour SUD-Rail les missions de TDC doivent rester des postes à part entière.

d’unification des méthodes de travail (bureautique industrielle).

Côté Réseau : Nouvelle organisation répartie sur les 18 ASTI actuelles régionales et création d’une branche Ile de France et une branche Campus (Sièges St Denis). Possibilité par la suite de fusion des branches IDF avec les ASTI. Suppression de 12 DUPI sur 15 en ASTI/ESTI.

RH 910: CIRCULEZ, IL N’Y A RIEN À VOIR !

Selon la direction, comme il s’agirait juste d’un transfert entre SA des équipes et organisations existantes, la procédure RH 910 se limiterait à l’application de l’annexe 8 du GRH 910 qui traite des garanties individuelles et collectives en matière de déroulement de carrière pour les agents statutaires en cas de changement de circonscription de notation (GRH 910 ART 5 « Un changement d’affectation suite à mesures d’adaptation de l’emploi entraînant uniquement un changement de circonscription de notation ne donnera lieu qu’à l’application de l’annexe 8 du GRH00910 »).

Donc, selon la direction de e-SNCF présente à la réunion, ces transferts ne se feront pas sur la base du volontariat. Si l’agent refuse le 630 de transfert de SA Réseau à SA SNCF Groupe, c’est refus de poste donc reclassement en ATM (Agence Territoriale de Mobilité). Il n’y aura ni entretien exploratoire ni entretien d’orientation (comme prévu au GRH 910) mais

juste   des   entretiens    «    managériaux informels » (et sans doute non systématiques) DU ou DPx/Agents.

Pour SUD-Rail c’est une vision expéditive et pour le moins restrictive de l’impact de ce transfert sur la vie des agents et les organisations

de travail ! Le projet prévoit pourtant des modifications d’organisation qui impacteront les agents (concernant la suppression des équipes TDC, des ATU UP informatique, les réorganisations au sein des ASTI/ nouvelle formule…)

Il n’y a pas que les DU des ASTI/ d’impactés comme le laisse croire la direction…

D’autant plus que les 18 ASTI et ont des organisations (et donc des postes et missions) qui varient suivant les régions.

LES MODALITÉS DU TRANSFERT VERS e-SNCF (CE QUE DIT LA DIRECTION)…

L’intégralité du parc informatique (y compris postes métiers Réseau) est transféré à E-SNCF (avec la particularité que les postes métiers resteraient sous « contrôle » de la DTU- Direction Télécom Unifiée- de SNCF Réseau).

Sont transférés à E-SNCF :

– Les TAMs (en totalité). Après avoir défini précisément (par rapport à la fiche emploi repère) le nombre exact de TAM dans les ASTI/ESTI, ce serait 218 TAM, 27 DPx , 1 Dév, 1 CdP Num et 2 ATU qui seraient concernés soit un total de 249 agents.

CONDITIONS DE TRANSFERT :

  • Maintien de la LPA des agents qui signeront le 630.
  • Maintien des régimes de travail actuels (pas de passage obligé au régime siège- 114 repos) sauf pour les maîtrises qui ne pourront plus être au forfait jour. Maintien des TS existant. Pour les cadres, passage obligé à la formule 210j du forfait jour.
  • Maintien des secteurs d’intervention et secteurs fonctionnels. Maintien des secteurs d’intervention pour l’astreinte (excepté mutualisation possible pour les interventions à distance). Mais on note un problème de dimensionnement des parcours pour 4 d’astreinte sur ASTI Limousin/Bretagne-Picardie/Champagnes Ardenne/ Pays de Loire.
  • À date, pas de changement de bâtiments (évolution possible par la suite mais liés à l’évolution du parc immobilier, pas de volonté propre à e-SNCF de changer de bâtiments).
  • Pas d’impact sur la qualification mini des TAMs (Q.E). Evolution de carrière vers administrateur/développeur maintenue pour les profils adéquats. Gel des évolutions de carrière tant que le projet n’est pas mis en place. Selon la direction, le transfert à e-SNCF permettrait plus de possibilité pour la mobilité interne ( géographiques).
  • Maintien formule de 2j maxi mais les agents devront en faire la demande à leur N+1 (ou la refaire pour ceux qui sont déjà en télétravail).
  • Généralisation de l’indemnité informatique par rapport à la fiche emploi repère (ABJ : Support technique des services numériques). Pour les accords locaux et usages, la direction dit qu’il n’y a pas d’inventaire effectué mais parle d’unifier les modes de fonctionnement ( donc disparition de certains EVS ?).

Comme nous l’avons déjà dit, et compte-tenu des différences d’organisation locales, des agents vont être impactés par cette restructuration. Et pour eux, les garanties annoncées par la direction (et reste à vérifier si ce qu’annonce la direction sera effectivement ce qui sera présenté dans les CSE) risquent de ne pas s’appliquer (mobilité géographique et fonctionnelle).

ET L’EXTERNALISATION DANS TOUT ÇÀ ?

Concernant les prestations ECONOCOM pour le front-office (le 91-13, la hotline SNCF pour les interventions/dépannages informatiques), à la suite des alertes SUD ( de décembre 2021 et audience de février 2022), la direction e-SNCF attend la fin de contrat (2024) avec ECONOCOM pour prendre une décision (réinternalisation ou pas).

SUD-Rail a demandé une nouvelle fois à la direction au cours de cette CSP qu’elle ne pipe plus les dés concernant les prestations d’ECONOCOM (ou d’autres prestataires privés). Notamment en dissociant le résultat des enquêtes de satisfaction (car les

enquêtes actuelles ne font pas la distinction entre la prestation ECONOCOM et celle des TAM quand ils résolvent les problèmes que n’a pas pu traiter ECONOCOM). La direction nous a dit qu’elle prenait note…mais est-elle vraiment prête à jouer le jeu ?

Pour SUD-Rail il semble évident que du point de vue professionnel, humain, et en cohérence avec le métier de TAM (suivi des tickets de A jusqu’à Z), la situation exige une réinternalisation de ces missions.

VIGILANTS POUR LA SUITE…

Même si les directions (e-SNCF d’un côté, Réseau de l’autre) nous disent que ces réorganisations n’auront pas d’impact sur la vie professionnelle et privée des agents, nous savons par expérience (et les restructurations à la SNCF, c’est une longue histoire qui a fait bien des dégâts) que c’est faux. La direction de l’entreprise est dans une logique financière qui détériorent les conditions de travail et non l’inverse (ça se saurait).

Et de nombreuses questions demeurent. Une fois le transfert effectué comment vont évoluer les organisations de travail des équipes TAMs et administrateurs à e-SNCF (LPA, parcours, locaux, astreinte ect…?). Va-t-on vers une filialisation rampante de e-SNCF ? Côté Réseau, qu’en sera-t-il de la pérennité du découpage actuel en ASTI régionales une fois le transfert effectué ? Et quelle place sera donnée à la polyvalence télécom/informatique ?

Contactez vos élus SUD-Rail pour faire remonter les problèmes rencontrés dans le cadre de cette restructuration (modifications de poste ou géographique relevant de la procédure RH 910, conditions de transferts, nouvelles organisations de travail…).